El Hadidiya – une communauté de bergers dans le viseur d’Israel

Le calme relatif dans la Vallée du Jourdain que j’avais constaté au début de mon mandat est définitivement balayé. C’est notamment le cas dans la communauté d’Al Hadidiya dont les tentes et infrastructures viennent d’être réduites à néant.

Al Hadidiya est une communauté de bergers située dans le nord de la Vallée du Jourdain. Ses infrastructures ont déjà été détruites à treize reprises et toutes les structures restantes sont concernées par des ordres de démolition. Certains de ces ordres ont pu être suspendus pendant plusieurs années, mais représentaient toujours une menace. Aujourd’hui, la communauté se retrouve une nouvelle fois dans le viseur des autorités et de l’armée israéliennes.

Abu Sakr, Oktober 2015 ©EAPPI/2015
Abu Sakr, un habitant d’Al Hadiddya que j’avais brièvement présenté dans mon dernier article, octobre 2015 ©EAPPI/2015

Autrefois, plusieurs routes d’accès menaient à la communauté d’Al Hadidiya, mais l’une d’elles était largement plus utilisée. Depuis la construction de la colonie israélienne de Roi en 1967 à quelques centaines de mètres de la communauté, cette route n’est plus accessible. Abu Sakr et les habitant-e-s d’Al Hadidiya doivent depuis faire un détour par un chemin de terre en mauvais état qui double la durée du trajet. En hiver, le chemin se transforme en ornière et devient incarrossable. Les enfants de la communauté ne se rendent donc plus à l’école et l’eau doit être amenée sur des ânes depuis la route principale. Quasi impossible aussi de rejoindre un hôpital ou un centre de santé.

Avec le soutien d’une organisation italienne  (JVC), Abu Sakr a commencé à réparer la route d’accès au mois de septembre. Les réparations se sont faites de nuit avec cinq autres hommes de la communauté et sans avoir les autorisations. Abu Sakr était persuadé de ne jamais les obtenir en cas de demande officielle. La chance d’obtenir un permis de construction pour les Palestinien-ne-s des territoires occupés se situe selon les sources entre 0% et 1% (JLAC, ICAHD, NRC).

Von Abu Sakr ausgebesserte Strasse nach Al Hadidiya ©EAPPI/H.K. Hanssen/2015
La route d’accès vers Al Hadidiya réparée par Abu Sakr ©EAPPI/H.K. Hanssen/2015
Ausgebesserte Strasse von Armee zerstört, 25. November 2015 ©EAPPI/H.K. Hanssen/2015
La même route détruite par l’armée, le 25 novembre 2015 ©EAPPI/H.K. Hanssen/2015

Il y a dix jours, au mois de novembre, un habitant du village a découvert un ordre d’arrêt des travaux émis par les autorités civiles israéliennes. Abu Sakr a dénoncé légalement cet ordre et obtenu qu’il soit suspendu pour plusieurs semaines. Pourtant, le 25 novembre, l’armée israélienne s’est présentée à Al Hadidiya et a commencé à détruire la route.

La destruction d’infrastructures dont l’ordre de destruction a été suspendu est illégale. Selon le Norwegian Refugee Council (NRC), une organisation norvégienne qui prodigue un appui juridique notamment dans les questions liées à la propriété de terres, une personne qui reçoit un ordre d’arrêt des travaux  dans un territoire totalement contrôlé par Israël a le droit de le dénoncer, comme l’a fait Abu Sakr. Lorsque le tribunal militaire en charge des questions liées aux habitant-e-s de Cisjordanie n’accepte pas la dénonciation, les autorités civiles israéliennes peuvent délivrer un ordre de destruction au propriétaire. Cet ordre peut faire à son tour l’objet d’une dénonciation. Si elle n’est pas acceptée, le propriétaire a une dernière possibilité de faire recours. C’est uniquement en cas de rejet de ce recours que les autorités civiles israéliennes peuvent ordonner la destruction de l’infrastructure.

Abu Sakr a tout de suite contacté les autorités palestiniennes, les Nations Unies et différentes organisations. Ces acteurs ont à leur tour fait pression sur les autorités israéliennes qui ont alors ordonné de suspendre la destruction de la route. Et Abu Sakr est ainsi parvenu à stopper la destruction de « sa » route! Une petite mais non négligeable victoire dans cette lutte incessante pour sa terre.

Abu Sakr vor seinem Zuhause im Oktober 2015 ©EAPPI/H.K. Hanssen/2015
Abu Sakr devant sa maison en octobre 2015 ©EAPPI/H.K. Hanssen/2015
Abu Sakrs Zuhause in Trümmern ©EAPPI/H.K. Hanssen/2015
La maison d’Abu Sakr détruite©EAPPI/H.K. Hanssen/2015

Grand effroi le lendemain lorsque nous apprenons par un SMS de l’ONU que l’armée s’était à nouveau présentée à Al Hadidyia et qu’elle avait commencé à 7h du matin à détruire les tentes et étables. Deux de mes coéquipières se sont rendues le plus rapidement possible sur place. Il ne restait rien des maisons d’Abu Sakr. „Ils ont détruit mon four dans lequel je faisais cuire le pain pour les enfant », dénonce Rokaya, la femme d’Abu Sakr. „Heureusement, la citerne d’eau est intacte. La dernière fois, ils l’avaient aussi détruite. » Dans la communauté, 19 abris où logeaient les habitant-e-s et les animaux ainsi que des greniers pour les fourrages ont au total été détruits. Les destructions concernent 19 personnes, 15 se retrouvent aujourd’hui totalement sans abri, de même que les 170 moutons et chèvres.

Abu Sakrs Tierstall, Oktober 2015©EAPPI/H.K. Hanssen/2015
L’étable d’Abu Sakr, octobre 2015©EAPPI/2015
Zerstörter Tierstall in Al Hadidiya, 26. November 2015 ©EAPPI/H.K. Hanssen/2015
L’étable d’Al Hadidiya totalement détruite, le 26 novembre 2015 ©EAPPI/H.K. Hanssen/2015

Après le départ de l’armée, plusieurs organisations palestiniennes et internationales ainsi que le gouverneur du district ont rejoint EAPPI sur place. L’une des organisations palestiniennes, Jordan Valley Solidarity Movement (JVSM), a dès le lendemain organisé du matériel de construction qu’elle a amené à Al Hadidiya avec un camion. La reconstruction des infrastructures détruites et des logements d’urgence a aussitôt démarré. Peu après, l’armée est revenue et a confisqué les passeport des volontaires palestiniens de JVSM ainsi que leur camion. Elle a également menacé de détruire les infrastructures qu’ils venaient de reconstruire et d’abattre les habitant-e-s de la communauté s’ils ne quittaient pas le lieu dans les 24 heures. JVSM a alors organisé une présence internationale 24h/24. Mon équipe est depuis également présente aux côté de la famille en continu.

Dans les jours qui ont suivi, la famille a reçu des tentes d’urgence de la part de différentes organisations telles que la Croix Rouge et le Croissant rouge et l’organisation française ACTED. Mais à peine montées, elles ont elles aussi été détruites par l’amée israélienne. La famille est depuis sans abri. Et hier, il a commencé à pleuvoir dans la Vallée du Jourdain.

Ce soir, deux de mes coéquipières passaient la nuit à Al Hadidiya, pour marquer une « présence protectrice » et leur solidarité avec la famille d’Abu Sakr. A 20h, j’ai reçu un SMS d’une de mes collègues:  » Nous sommes allé nous coucher. Le ciel est plein d’étoiles, mais la famille préférerait ne pas les voir. Nous avons chaud et espérons qu’il ne pleuvra plus. Bonne nuit! »

Janine, 1.12.2015, Jericho

Traduction de l’article paru en allemand:https://unterwegsmiteappi.wordpress.com/2015/12/02/al-hadidiya-eine-hirtengemeinschaft-im-visier-israels/

Pour d’autres informations sur les autorisations, les ordres d’arrêt de construction ordre de destructions ainsi que sur la pratique des destructions de maisons: :

http://www.nrc.no/arch/_img/9207742.pdf

http://icahd.org

http://www.ochaopt.org/documents/demolition_orders_in_area_c_of_the_west_bank_en.pdf

Voir aussi le portrait d’Abu Sakr par une accompagnatrice oecuménique en 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s