Démolir pour détruire un peuple

2 mars 2016 : il est 6h30 quand quinze soldats de l’armée israélienne accompagnés de trois bulldozers entrent dans le petit village de Khirbet Tana. 2h30 plus tard, la quasi-totalité du village a disparu: les caves dans lesquelles les habitants résidaient, les étables pour les animaux, et même l’école.

Deux semaines auparavant, les autorités israéliennes avaient détruit les biens de six familles habitant le village. Cette fois ci, elles n’ont épargné personne.

Soldats israéliens bloquant la route menant à Khirbet Tana. ©Josefin/EAPPI/2016


Nous arrivons sur place à 8h30, mais l’armée israélienne nous barre la route. Les soldats rient et prennent des selfies. Quelques centaines de mètres plus loin, les bulldozers finissent leur travail dévastateur. Nous patientons donc une demi-heure avec les habitants, familles et connaissances qui s’impatientent. Un homme au téléphone nous regarde et nous dit : « Ils sont en train de détruire l’école ». Nous voyons les voitures de l’armée israélienne libérer le passage, nous sautons dans notre voiture et nous arrivons quelques minutes plus tard dans ce qui reste du village.

Nous commençons par rendre visite aux familles afin de constater l’étendue des dommages. Nous rencontrons un homme d’une septantaine d’années, seul, dévasté, qui contemple ce qui reste de sa maison: la porte de la cave a disparu, tout comme sa douche et les étables pour ses animaux. Et comme si cela ne suffisait pas, les soldats ont brisé tous les œufs de ses poules. Quand il nous voit arriver, il éclate en sanglots et nous dit « Où est-ce que je vais aller maintenant ? ».

Enfant devant les décombres de son école. ©EAPPI/2016

Aucune propriété n’a été épargnée dans le village, les treize familles habitant Khirbet Tana ainsi que les centaines de moutons, poules et ânes n’ont plus de toit en dessus de leur tête. L’école, qui avait été construite en 2011 grâce à un financement international et qui accueillait vingt-cinq écoliers, a également été détruite.
Ce n’est malheureusement pas la première fois que le village est mis à mal. De 2005 à 2016, les infrastructures du village ont été démolies dix fois, l’école a été rasée à cinq reprises. L’armée israélienne agit de préférence en hiver, quand il fait très froid ou quand la saison touche à sa fin. Comme ici début mars, période primordiale pour les habitants car elle marque la naissance des agneaux et constitue une partie importante de la production de lait.

Selon l’Office des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (UNOCHA), l’armée israélienne a détruit 323 maisons en Cisjordanie depuis le début de l’année 2016. Cela correspond presque au nombre total des destructions en 2015. Cependant, selon Robert Piper, coordinateur humanitaire pour les territoires occupés en Palestine: « Le droit international est clair – les Palestiniens en Cisjordanie ont le droit a un logement adéquat et de recevoir une assistance humanitaire. Israël, en tant que puissante occupante, est obligée de respecter ces droits ».

De plus, la quasi-totalité de ces destructions sont perpétrées dans la zone C de la Cisjordanie, zone contrôlée par l’armée israélienne. Brandir la carte de la sécurité suffit à l’armée israélienne pour détruire les maisons, communautés ou villages. Bien souvent, une autre raison se cache derrière ces démolitions: laisser la place aux colonies israéliennes qui grignotent peu à peu la Cisjordanie. Selon B’Tselem, ONG qui se présente comme le « centre israélien d’information pour les droits de l’homme dans les territoires occupés », la population totale de colons israéliens en Cisjordanie était supérieure à celle annoncée par le Bureau central des statistiques, à savoir 531’000 personnes en 2014. Selon l’Office central palestinien de statistique ce nombre se montait a environ 600’000 en 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s