Espoir démoli

Non, il ne s’agit pas d’un tremblement de terre, mais bien d’un appartement démoli durant la nuit par les militaires israéliens. Preuves en sont les marques de démolition sprayées sur le mur restant.

1.02.05.16.demolitionareaA.EAPPi_B.Hellstrom

Vers 1h30 du matin, le 3 mai 2016, une centaine de soldats israéliens accompagnés d’ingénieurs de l’armée sont arrivés vers un immeuble de huit étages, près du puits de Jacob à Naplouse. A l’aide de grosses foreuses, les ingénieurs ont détruit tous les murs intérieurs de l’appartement, ont enlevé les portes ainsi que les cadres des fenêtres. Ils sont repartis au bout de trois heures et demi, laissant derrière eux un amas de décombres et des câbles électriques pendant au plafond.

Le propriétaire de l’appartement, Zain Amer, est en attente d’une décision judiciaire, accusé d’avoir participé à l’assassinat de deux colons à Naplouse. Même en acceptant que l’accusation soit correcte, la réponse de l’armée israélienne représente une punition collective et ce pour plusieurs raisons:

Premièrement, la démolition a eu lieu dans la Zone A, qui devrait être, en vertu des accords d’Oslo de 1995, sous contrôle total de l’Autorité palestinienne. Aucune destruction d’infrastructure par Israël ne devrait y être menée.

Deuxièmement, l’appartement appartenait à l’accusé et à sa femme, qui n’est elle accusée d’aucune infraction. Elle a donc été punie pour un délit présumé dans lequel elle n’a aucune responsabilité.

Troisièmement, durant la démolition, des blocs de maçonnerie se sont écroulés en dehors de l’immeuble et ont causé des dégâts à l’appartement du rez-de-chaussée, où les réservoirs d’eau, les escaliers extérieurs et les stores ont été touchés. Le propriétaire de l’appartement du dessous explique que s’ils ne s’étaient pas éloignés, ils auraient pu être blessés par la chute de débris. Il dit qu’il est toutefois reconnaissant qu’aucun explosif n’ait été utilisé.

Quatrièmement, le voisinage dans son ensemble a été troublé par la violence de l’opération militaire : adultes et enfants se sont retrouvés en situation de choc.

02.05.16. Nablus. demolitionare A. Photo EAPPI/B. Hellstrom

Quelques jours avant la démolition du 3 mai, des soldats israéliens sont entrés dans le magasin familial où sont vendus jouets et bicyclettes. Ils ont systématiquement détruit tout ce qui leur tombait sous la main et ont lancé des jouets à travers une cage d’escaliers à l’extérieur du magasin. Ceci représente clairement une punition collective dirigée à l’encontre de toute la famille de l’accusé.

Le nombre de destructions de maisons en Cisjordanie est en augmentation en Cisjordanie occupée en 2016. Les démolitions punitives ne représentent qu’un petit nombre d’entre elles. Les raisons les plus communément évoquées pour ces destructions sont: des raisons de sécurité (trop près du Mur ou d’une colonie), des raisons administratives (infrastructures construites sans permis de planification – bien que les permis de planification soient pratiquement impossibles à obtenir dans les zones de Cisjordanie sous contrôle militaire israélien) ou dans les cas de communautés rurales qui se trouveraient dans des réserves naturelles ou sur des terrains d’entraînement de l’armée.

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) rapporte qu’en 2015, 447 démolitions ont été perpétrées par les autorités israéliennes en Cisjordanie et 74 à Jérusalem-Est (territoires palestiniens occupés). Entre janvier et avril 2016, 525 infrastructures ont été détruites en Cisjordanie et 66 à Jérusalem-Est. Ces démolitions apportent souffrance et désespoir chez les personnes directement affectées. L’unique manière de stopper cela serait de mettre fin à l’occupation illégale des territoires palestiniens et de demander à Israël de se retirer et de respecter toutes les résolutions des Nations Unies sur la question.

EAPPI, Yanoun Team

Plus d’informations (en anglais):

B’Tselem: House Demolitions as Punishment

B’Tselem: Israeli security forces demolish four families’ homes, punishing 28 people, including 6 minors, for actions of persons no longer alive

UNOCHA: Punitive house demolitions resume

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s