Archives pour la catégorie Jérusalem-Est

Les Jahalin de Khan Al Ahmar : un obstacle à l’expansion du projet de colonisation israélien

Le paysage désertique et vallonné s’étend à perte de vue. L’autoroute, qui relie Jérusalem à la mer morte, sillonne et creuse sa voie au cœur de la vallée, et s’enfonce progressivement sous le niveau de la mer. A chaque kilomètre avalé, la chaleur monte d’un cran. Le soleil, qui se reflète sur la pierre blanche et éclatante, pique les yeux des touristes par sa lumière aveuglante. Ils sont nombreux aujourd’hui à emprunter cette route, voyageant en cars ou en taxis, pour aller se baigner et se ressourcer à la mer morte.

Sur leur passage, les voyageurs perdus dans la contemplation du paysage, apercevront certainement les petites villes et hameaux qui semblent avoir poussé au cœur du désert et qui se distinguent de très loin ; des quartiers résidentiels modernes, très bien entretenus, verts et fleuris, encerclés toutefois de clôtures et de barbelés : les colonies israéliennes. Les plus observateurs d’entre eux apercevront en revanche également d’autres types d’habitations qui parsèment ces collines ; de petites maisons multicolores et bariolées, construites avec du matériel de récupération, ainsi que des caravanes ornées des drapeaux bleus roi étoilés de l’Union Européenne. Lire la suite Les Jahalin de Khan Al Ahmar : un obstacle à l’expansion du projet de colonisation israélien

Publicités

E1 – la fin du rêve d’un Etat palestinien

L’équipe de Jérusalem d’EAPPI – dont une volontaire suisse fait actuellement partie – a récemment publié un article sur le blog d’EAPPI concernant les évolutions dans la zone E1. Cette zone située entre Jérusalem-Est et Jéricho subit de nombreuses destructions d’infrastructure. Si les colonies israéliennes déjà nombreuses dans cette zone s’étendent, la Cisjordanie serait définitivement coupé en deux: la fin du rêve d’un Etat palestinien:

E1 The End of the Dream for a Palestinian State/

Retrouvez d’autres articles de nos deux volontaires actuellement sur le terrain sur notre blog en allemand  :

https://unterwegsmiteappi.wordpress.com/

De l’usage politique de l’archéologie en Israël

Protestinfo – Chroniques – 18 juin 2015

Protestinfo donne régulièrement carte blanche à des personnalités réformées. Muriel Schmid (Christian Peacemaker Team) et Emilie Converset (Programme d’accompagnement œcuménique en Palestine et Israël – EAPPI) ouvrent une réflexion sur les enjeux autour de l’archéologie biblique.

Comme le rappelait le Professeur Thomas Römer dans un récent article consacré à la reconnaissance de son travail biblique par l’Université de Tel-Aviv, «l’archéologie nécessite un travail d’interprétation». Or cette interprétation, dans le contexte extrêmement complexe du conflit israélo-palestinien, court le risque de dépendre des objectifs politiques du gouvernement qui la finance.

Depuis la création de l’Etat d’Israël en 1948, le discours historique et identitaire d’Israël met en avant la présence du peuple israélite en Judée et Samarie bien avant celle d’autres peuples, qui seraient, eux, arrivés ultérieurement. Certaines écoles d’archéologie se sont ainsi attelées à fouiller la terre afin de redécouvrir ces vestiges de l’époque biblique, une tâche somme toute légitime du travail archéologique. Dans le contexte d’occupation actuel, l’archéologie se voit parfois cependant instrumentalisée par le politique afin de justifier non seulement la présence historique du peuple juif en terre sainte, mais bien davantage l’occupation de la Cisjordanie, considérée par une partie des Israéliens comme appartenant au Grand Israël, Eretz Israel. Au-delà des vestiges bibliques, les fouilles archéologiques sont alors menées dans l’intention d’acquérir des terres convoitées.

Photo: Très ancienne synagogue transformée ultérieurement en mosquée à Susya.  ©qantara.de
Très ancienne synagogue transformée ultérieurement en mosquée à Susya ©qantara.de

A Susya, par exemple, petit village palestinien situé dans les collines du sud d’Hébron (Cisjordanie), les ordres de démolition des installations électriques et d’amenée d’eau du village sont justifiés par l’intérêt archéologique de la région.

Lire la suite De l’usage politique de l’archéologie en Israël

Jérusalem Est

Jérusalem est la pomme de la discorde de toutes les négociations de paix. La partie ouest de la ville est principalement habitée par des Juifs israéliens tandis que Jérusalem Est, annexée par Israël, abrite surtout des Palestiniens. Pourtant, la construction de colonies israéliennes y progresse, tandis que les Palestiniens doivent lutter pour obtenir des permis de construction et que leurs droits de séjour sont de plus en plus restreints. La restriction de la liberté de mouvement et de circulation est un problème important, également pour les personnes souhaitant faire valoir leur droit à l’accès aux sites religieux dans la vieille ville de Jérusalem, y compris l’Eglise du St Sépulcre et la mosquée Al Aqsa. Le déplacement de familles et les destructions de maisons et d’infrastructures sont également des problèmes aigus actuellement, y compris pour les communautés bédouines vivant dans les zones entourant Jérusalem Est.

stop-occupation
L’équipe EAPPI aux côtés des Women in Black qui manifestent tous les vendredi à Jérusalem Ouest pour demander la fin de l’occupation ©EAPPI/2014

L’équipe d’EAPPI assure une présence notamment lors de destructions d’habitations à Jérusalem-Est et de manifestations contre la poursuite de la colonisation. Elle collabore avec des groupes pacifistes israéliens et palestiniens afin de documenter et de rapporter ces différents cas.

L’équipe EAPPI basée à Jérusalem Est couvre l’ensemble du gouvernorat de Jérusalem.