Archives pour la catégorie Situation générale

Nouveau blog

Depuis novembre 2017, tous les accompagnateurs/-trices œcuméniques suisses (EAs) écrivent sur le même blog: eappiswitzerland.

Rendez-vous donc sur cette page pour les articles plus récents!

Publicités

L’olivier de la discorde

Arbre béni, symbole de paix et de sagesse sur une terre dite sainte, l’olivier cristallise les enjeux d’un conflit dont les racines demeurent difficiles à démêler. 

Une histoire, une vie contenues dans une simple écorce. Une puissance à peine imaginable avant de poser pied en Terre Sainte. Terreau fertile pour la plante bénie, la région regorge d’arbres sacrés. Choyés, mis en valeur, les détenteurs de la sève divine constituent l’essence d’une communauté, le sel d’une terre. 

« Si, en attaquant une ville, tu dois l’assiéger longtemps pour la prendre, tu ne mutileras pas ses arbres en y portant la hache ; tu t’en nourriras sans les abattre. Est-il homme, l’arbre des champs, pour que tu le traites en assiégé ? » Deutéronome 20:19

Boutade de l’histoire, saillie du passé. Et pourtant. De nos jours, l’olivier demeure la cible privilégiée d’un assaillant déterminé. Talon d’Achille d’une communauté, le feuillu paie de sa personne, victime d’un semblant d’hérésie latente. A moins que le comestible à noyau ne soit pas du goût dudit assaillant.

« Cependant, les arbres que tu sais n’être pas des arbres fruitiers, tu pourras les mutiler, les abattre, et en faire des ouvrages de siège contre cette ville en guerre contre toi, jusqu’à ce qu’elle succombe. » Deutéronome 20:20

Allégorie d’un conflit ouvert, les Ecritures n’ont pas pris une ride. Ou quand l’arbre divin détient une symbolique herculéenne. Persévérant, le peuple palestinien continue de planter ses graines, contre vents et marées. Car comme le disait Martin Luther « Si l’on m’apprenait que la fin du monde est pour demain, je planterais quand même un pommier ».

Selon des chiffres publiés par OCHA, 1453 oliviers palestiniens ont été vandalisés en 2016. Ces derniers l’ont été principalement par des colons israéliens.

EAPPI / Tulkarem/Qalqiliya / Avril 2017

I’m Not Anti-Israel, I’m Ambi-Israel

Ce blog est habituellement tenu par les accompagnateurs et accompagnatrices œcuméniques. Aujourd’hui, nous aimerions partager exceptionnellement avec vous cet article de l’auteur israélien Etgar Keret sur l’usage des étiquettes et des mots, afin de mettre en lumière la difficulté d’écrire sur la situation en Israël et Palestine sans tomber dans des débats stériles. Cet article est paru en allemand dans la NZZ du 11 juillet 2016 (« Wenn die Wörter das Denken verstellen ». Nous publions ici la version initiale anglaise parue le 24 juin 2016 dans The New York Times

______________________________________________

I’m Not Anti-Israel, I’m Ambi-Israel

TEL AVIV — I was recently honored to learn that I had won the Charles Bronfman Prize. It’s an award that recognizes humanitarian work inspired by Jewish values, and I was overwhelmed and thrilled to receive it. Several news outlets reported on the announcement, and one headline in particular caught my attention: “Anti-Israel Author Etgar Keret Awarded Bronfman Prize,” proclaimed FrontPage Mag, a conservative website.

As I perused the article and the online comments (debating the best way to connect with my books, one reader suggested throwing them in the toilet and flushing them with urine), I found myself contemplating the term “anti-Israel.” Apparently a person cannot engage in Middle Eastern political issues without being quickly labeled “anti-Israeli” or “anti-Palestinian” (or sometimes, if his or her opinions are complicated enough, both). Lire la suite I’m Not Anti-Israel, I’m Ambi-Israel

Travail syndical sous occupation – rencontre avec des syndicalistes du secteur public

Aujourd’hui, mes collègues EAs Gordon et Dag se rendent à Naplouse ; ils bravent cette pluie battante qui est une specialité de la Palestine hivernale pour un rendez-vous exceptionnel avec des responsables de syndicats des services publics, afin de se faire une idée du travail syndical dans les conditions tout à fait particulières de l’occupation israélienne.

Naplouse est d’orgine romaine, mais elle a été marquée par la conquête arabe, les croisés, les Mamelouks, les Ottomans et les Britanniques. L’histoire récente est mouvementée: depuis la partition de la Palestine en 1947, elle fait partie de la Cisjordanie. Après la Guerre des Six Jours elle est tombée sous administration israélienne, et de nombreuses colonies juives ont été fondées autour de la ville. Mais les Accords d’Oslo ont finalement attribué la ville à l’administration palestinienne en décembre 1995.

Ville industrielle, Naplouse est bouillonnante d’activités. Il y a six hôpitaux, 200.000 étudiants à l’université et quatre camps de réfugiés. La ville est entourée de 12 colonies israéliennes et de 18 outposts avec toutes les mesures de securité qui caractérisent une telle configuration.

Les 400.000 habitants de Naplouse essayent de survivre et de travailler du mieux qu’ils peuvent. Et qui dit travailler dit aussi s’organiser syndicalement, car dans toute société démocratique, les citoyens ont le droit de se réunir librement pour développer une action collective (OIT, Normes du travail).

Lire la suite Travail syndical sous occupation – rencontre avec des syndicalistes du secteur public

Plongée dans la vie d’une accompagnatrice oecuménique

Nous venons d’arriver à Yatta. «Nous», c’est la nouvelle équipe d’EAPPI qui sera basée dans les collines au sud d’Hébron de décembre 2015 à fin février 2016. Si Yatta se trouve en Zone A, en principe dirigée entièrement par l’Autorité palestinienne, notre activité va se concentrer sur la Zone C, qui est régie par l’autorité militaire israélienne. Nous allons accompagner les familles qui vivent dans différents villages dans cette zone, et qui souffrent de l’occupation à tous les niveaux de leur vie quotidienne: accès à l’eau, à l’électricité, à l’éducation, à leurs champs et à leurs pâturages, sans parler des colons israéliens qui peuvent s’avérer agressifs voire violents…

Cet après-midi, nous voilà – mon collègue Gordon du Canada, Veronica de l’équipe sortante, et moi-même – en chemin vers Shi’b Al Butum, sur une piste qui met la voiture de notre chauffeur palestinien à rude épreuve; nous remarquons des oliveraies remarquablement entretenues. Le moindre lopin de terre est cultivé, et si le tracteur ne passe pas, on laboure avec l’âne, comme ici. Nous devons arriver de jour, c’est essentiel, car il faut faire un petit tour pour que les habitants de la colonie israélienne d’Avigayil toute proche nous voient bien. Cela s’appelle « protective presence» et fait partie de notre mandat.

P1080764
Le campement de Mohamed @EAPPI2015

Lire la suite Plongée dans la vie d’une accompagnatrice oecuménique

El Hadidiya – une communauté de bergers dans le viseur d’Israel

Le calme relatif dans la Vallée du Jourdain que j’avais constaté au début de mon mandat est définitivement balayé. C’est notamment le cas dans la communauté d’Al Hadidiya dont les tentes et infrastructures viennent d’être réduites à néant.

Al Hadidiya est une communauté de bergers située dans le nord de la Vallée du Jourdain. Ses infrastructures ont déjà été détruites à treize reprises et toutes les structures restantes sont concernées par des ordres de démolition. Certains de ces ordres ont pu être suspendus pendant plusieurs années, mais représentaient toujours une menace. Aujourd’hui, la communauté se retrouve une nouvelle fois dans le viseur des autorités et de l’armée israéliennes.

Lire la suite El Hadidiya – une communauté de bergers dans le viseur d’Israel

Bethléem- une histoire de Noël revisitée

Pour participer au recensement demandé par Hérode, Marie et Joseph ont suivi l’étoile des bergers et quitté Nazareth pour se rendre à Bethléem. S’ils vivaient aujourd’hui, en 2015, outre les difficultés du voyage et la grossesse de Marie, ils rencontreraient un autre obstacle, le mur. Lire la suite Bethléem- une histoire de Noël revisitée

Bienvenue sur le blog des EA suisses romands

Bonjour et bienvenue sur le blog de EAPPI Suisse romande!

La plume de cette plate-forme est tenue par les observateurs et observatrices des droits de l’Homme suisses romands (aussi appelés « EA ») actuellement sur le terrain, à Jérusalem-Est, dans la Vallée du Jourdain, au Nord de la Cisjordanie ou encore au Sud de la Cisjordanie. Au quotidien, elles et ils offrent un accompagnement protecteur international aux populations civiles dans le besoin dans le cadre du programme EAPPI. Un programme qui contribue à consolider les courants pacifistes dans les deux sociétés touchées par le conflit israélo-palestinien, à renforcer les initiatives de paix et à protéger la population civile.

Quelle est la situation sur place? Quel est le quotidien des personnes accompagnées? Qui sont-ils? Portraits, courts articles, reportages, photos, ou encore témoignages ponctuent ce blog. Alors…bonne lecture!

Pour plus d’informations sur le projet EAPPI, c’est par ici.

A noter que les avis exprimés sur ce blog ne reflètent pas nécessairement ceux des partenaires de EAPPI Suisse.