Zones d’action

Le programme EAPPI est actuellement structuré en 7 équipes placées dans six villes et villages de Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Ces emplacements sont répartis en quatre zones:

Jérusalem-Est

Jérusalem est la pomme de la discorde de toutes les négociations de paix. La partie ouest de la ville est principalement habitée par des Juifs israéliens tandis que Jérusalem Est, annexée par Israël, abrite surtout des Palestiniens. Pourtant, la construction de colonies israéliennes y progresse, tandis que les Palestiniens doivent lutter pour obtenir des permis de construction et que leurs droits de séjour sont de plus en plus restreints. La restriction de la liberté de mouvement et de circulation est un problème important, également pour les personnes souhaitant faire valoir leur droit à l’accès aux sites religieux dans la vieille ville de Jérusalem, y compris l’Eglise du St Sépulcre et la Mosquée Al Aqsa. Le déplacement de familles et les destructions de maisons et d’infrastructures sont également des problèmes importants actuellement, et ce aussi pour les communautés bédouines vivant dans les zones entourant Jérusalem-Est.

L’équipe d’EAPPI assure une présence notamment lors de destructions d’habitations à Jérusalem-Est et de manifestations contre la poursuite de la colonisation. Elle collabore avec des groupes pacifistes israéliens et palestiniens afin de documenter et de rapporter ces différents cas.

La Vallée du Jourdain

La confiscation par la force et la réaffectation de terres possédées par des Palestiniens est l’un des problèmes majeurs pour les populations vivant sous occupation dans la Vallée du Jourdain. Cette stratégie a abouti à rendre environ 94% des terres de la Vallée du Jourdain inaccessibles pour les Palestiniens qui les possèdent. Des déplacements forcés de Palestiniens de leurs villages et des confiscations de leurs terres sont notamment opérés afin de libérer des zones pour des exercices militaires de l’armée israélienne et de récupérer des terres pour la construction ou l’extension de colonies israéliennes. La confiscation et le détournement des ressources souterraines d’eau à l’intention des colonies israéliennes illégales selon le droit international a paralysé l’économie agraire et entrave tout développement économique de la région pour les Palestiniens.

L’équipe d’EAPPI offre une présence internationale et documente les déplacements forcés ainsi que les confiscations des terres des villages dans toute la Vallée du Jourdain.

Le Nord de la Cisjordanie

Depuis la construction du mur israélien, de nombreux agriculteurs peinent à obtenir les permis nécessaires pour avoir accès à leurs propres terres. Ceux et celles qui les obtiennent ne peuvent souvent pas traverser les barrières agricoles et checkpoints afin de cultiver leurs champs dont ils sont séparés par le mur de séparation israélien. Certaines familles palestiniennes qui vivent dans le nord de la Cisjordanie sont également enfermées dans la ‘seam zone’, la terre comprise entre la « ligne verte » (la frontière internationalement reconnue lors de l’armistice de 1949) et le mur de séparation israélien qui est construit largement à l’intérieur des terres palestiniennes. Des incursions et arrestations sont régulièrement effectuées par l’armée israélienne dans tout le nord de la Cisjordanie. La violence et le harcèlement des colons israéliens à l’encontre de la population civile est un problème qui prend une ampleur inquiétante.

Les équipes d’EAPPI assurent une présence aux passages agricoles, à certains checkpoints et dans des camps de réfugiés. Elles entretiennent des contacts avec différentes organisations en lien avec des refus de délivrer des laissez-passer, des conflits terriens ou des arrestations par l’armée israélienne. Elles assurent une présence internationale dans certains villages ou lors de travaux agricoles afin de prévenir les attaques des colons et documentent le développement des colonies/avant-postes sur sol palestinien. Les tâches sont actuellement en train d’être réévaluées.

Le Sud de la Cisjordanie: Béthléem, Hébron et South Hebron Hills

L’expansion des colonies illégales israéliennes restreint drastiquement la surface des terres à disposition des agriculteurs et des bergers dans tout le sud de la Cisjordanie. Dans certains cas, les terres sont confisquées, dans d’autres cas, la violence des colons israéliens empêche les agriculteurs de les cultiver. Les infrastructures de nombreux villages sont détruites. Comme la responsabilité de la planification est aux moins d’Israël, les communes palestiniennes n’ont quasiment aucune chance d’obtenir des permis de construction.

Hébron a été divisée en deux dans le cadre du Protocole d’Hébron. Depuis, la partie abritant les colonies israéliennes, au centre même de le vieille ville, est sous contrôle israélien. Cette situation est synonyme de fortes limitations pour la population palestinienne et des attaques ont lieu quotidiennement contre les Palestiniens vivant à proximité immédiate des colonies. L’une des priorités de l‘équipe d’EAPPI est l’accès à l’éducation. Elle accompagne notamment de jeunes enfants afin de leur permettre de traverser les checkpoints militaires et de limiter le harcèlement qu’ils subissent de la part des colons et de leurs enfants.

La construction du mur et l’extension des colonies israéliennes sur les terres des villages avoisinants ceinturent aujourd’hui pratiquement Bethléem, la coupant notamment de Jérusalem, située à quelques kilomètres. La ville abrite par ailleurs trois importants camps de réfugiés. L’équipe d’EAPPI assure une présence aux checkpoints, accompagne des habitant-e-s des villages environnants lors d’actions non-violentes contre les destructions d’habitations par l’armée israélienne ou contre le mur israélien et accompagne des écoliers à travers les checkpoints.

La région des South Hebron Hills est quasiment entièrement contrôlée par Israël (Zone C). On y trouve notamment de nombreuses zones militaires. Cette situation limite fortement la liberté de mouvement et les droits d’utilisation du sol de la population palestinienne. Régulièrement, l’armée israélienne détruit des habitations, des citernes et même des tentes. La population est également sans défense face aux attaques violentes de colons. L’équipe d’EAPPI offre une présence et documente les cas lors de destructions d’habitations et d’attaques de colons, parfois en collaboration avec des organisations israéliennes pour la paix ou le UNOHCR.

En cliquant sur la région de votre choix, vous trouvez les articles des EAs oeuvrant sur le lieu en question.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En faveur d'une paix juste pour les Israélien-ne-s et les Palestinien-ne-s

%d blogueurs aiment cette page :